IMG_0508

IMG_0503

J'avais oublié combien les vacances pouvaient avoir du bon sur le moral d'une parisienne névrosée, j'avais oublié les bienfaits de la montagne, la sérénité enveloppante qu'elle dégage, le goût du bonheur, la neige, l'espace, l'air partout qui rempli les poumons, la mine bronzée des montagnards, le bruit des skis qui glissent, l'odeur de la raclette, le bonheur de s'immerger dans un bain brûlant après une journée sur les pistes, les flocons qui s'écrasent mollement sur le visage et les chocolats chaud dans les bars.
Une semaine de rêve.
A six dans un appart pour dix, avec trois salles de bain mes amis, deux baignoires, un lave-vaisselle (Dieu existe) et une vue imprenable: c'était royal.
Du ski tranquille... moi qui craignait un rythme effréné j'ai été rapidement rassurée quant aux poils dans la mains de nos amis les mâles, en grande majorité sur notre petit groupe.
Du coup on allait mollement skier au plus tôt à 11 heures du mat et ce jusqu'à 16 heures, pépère.
Après ça on faisait des crèpes, pour reprendre des forces, puis une petite sieste, souvent crapuleuse, puis un petit saut dans la piscine de la résidence, pour se décrasser et puis un petit tour dans le sauna.
En soirée entre deux raclettes on faisait un petit poker. Après une bonne initiation j'ai pris beaucoup de plaisir à miser, bluffer... et perdre. Mais j'ai pris encore plus de plaisir à regarder Quasi Parf', mauvais joueur comme pas deux, se prendre au jeu comme un Bruel échauffé.
Evidemment je n'ai pas pu m'empêcher de m'engueuler au moins une soirée avec Quasi Parf' mais c'était juste histoire de pas perdre le rythme.
Au final on ne pourra pas nier l'effet plus que bénéfique qu'a eu la montagne sur notre couple.
Remontée de libido, complicité, câlins, rires. On se serait presque cru heureux tiens.
Y a pas à chier, le ski ya rien de mieux.